Full text: 5(1924), Mars-Juin = Nr. 36 (36)

MARCEL RAVAL 
369 
champ de ferraille, rêveur et doux, communique avec les nuages par 
la fumée de son cigare. C’est un paisible promeneur. 
Ma compagne — Ezza est son nom — soudain s’anime, parle avec 
volubilité. Sa conviction que je sais l’italien l’entraîne dans des disser 
tations pleines de mélodie. Je souris, comme quelqu’un qui comprend. 
Ce sourire l’étonne. Alors Chariot trébuche; affamées comme des tire 
lires, ses bottines happent dans sa chute un long cerceau de tôle rouillée. 
Avec désinvolture, il s’en sert, sitôt relevé, pour limer ses ongles. Ezza 
rit, montre du doigt l’écran. J’acquiesce d’un geste. Voici une partie 
sévère qui s’engage. Il s’agit de prolonger jusqu’au malaise cette équi 
voque, qui lui échappe, basée sur l’ignorance réciproque de nos lan 
gages. Un air timide et taciturne est de rigueur, une attention très vive 
pour les péripéties du film. Si je mettais un enjeu sur cette partie? 
Lequel? La fidélité d’Agnès me vient à l’esprit aussitôt comme un 
enjeu de mauvais goût. C’est pour celui-là que je me décide. 
Mais Chariot entre dans un bar, vide négligemment son verre dans 
le corsage d’une dame et sort. 
Les phrases à surprises d’Ezza rendent vite complexe et délicate la 
marche de mon jeu. Commencées sur un ton de simple remarque, elles 
s’élèvent à des affirmations fébriles pour retomber, aux derniers mots, 
sur une interrogation précise, à bout portant. Je réponds comme un dé 
se fixe, au hasard, par monosyllabes ou par un signe de tête. Je viens 
de viser juste : son regard m’approuve. L’avantage est à moi. Cela 
m’enhardit dans ce jeu d’instinct et de finesses. Ses questions reprennent, 
deviennent pressantes, plus secrètes. Mais les négations hasardeuses 
que je leur oppose tombent soudain à faux. Le visage de ma compagne 
marque une surprise anxieuse et, tandis que Chariot, ayant à ses 
trousses d’énormes policemen de plâtre, saute d’un tram en marche 
dans une auto qui passe à toute allure, je devine, dans ses yeux, les 
réflexions d’Ezza sur l’étrangeté de ma contenance et l’économie 
de mes propos. Une petite lueur en eux éclaire des mobiles sus
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.