Full text: 5(1924), Mars-Juin = Nr. 36 (36)

370 
PEE VAEESE 
pects, présage des explications à venir. La voix maintenant se fait 
insinuante, risiblement douce. Le ton d’aveux sur lequel elle s’engage 
m’indique qu’un consentement du geste ou du regard s’impose. Nous 
triomphons tous deux : j’ai gagné du temps et les visées d’Ezza semblent 
atteintes. La confusion est à son comble. Nous sommes des aveugles qui 
jouons aux cartes. Qu’ai-je dit? Que dit-elle? Le sens de ses paroles est 
une belle fumée que je caresse sans jamais la saisir. Chacun de ses mots, 
que sais-je? est un piège ou une chaîne, une bulle d’air ou une étoile. 
Les conjectures glissent sur eux comme des anneaux sans pouvoir. 
Sur un banc de square, une idylle s’ébauche. Chariot passe, s’assied, 
courtise la dame, assomme le monsieur, emmène la dame. Galamment, 
il lui dérobe un peigne des cheveux, « la merveille que vous avez là! », 
le tripote et finalement l’effeuille, en badinant, comme une marguerite. 
(( Quel dandy, quel poète ! » pense la dame. Revenu à lui, l’amoureux 
berné — un hidalgo de basse pègre — rejoint le couple, le menace 
d’un immense poignard catalan. Très magnanime, Chariot salue, 
considère son adversaire de pied ferme, va pour le provoquer comme 
il sied à un gentilhomme, puis, soudain, se ravise et détale comme un 
zèbre. 
Ezza, alors, d’un geste, nous met en parallèle, avec les personnages 
de cet épisode. Je hausse les épaules. Ezza est absurde. Ezza est un 
oiseau. Sa puérilité découvre des mondes vains comme des billes. La 
candeur n’est, en somme, qu’une faute de goût un peu plus excusable. 
Mais mon impertinence, sa petite vanité s’en trouve atteinte. Une dé 
tente invisible lui colore de feu les joues. Elle m’interpelle à voix si 
haute que nos voisins se retournent, sourient, s’interrogent, sourient, leurs 
sourires circulent, s’échangent, se relient sur un fil de raillerie curieuse 
et amusée. Me voici dans une impasse. Mes pions se laissent souffler 
sans défense. Que faire? Je prends cet œil fixe et distrait qui n’entend 
rien. Sa voix insiste, s’élève à des inflexions aiguës dont on ne sait si 
elles sont perchées sur le rire ou sur la colère. Mais c’est bien la colère,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.