Full text: 5(1924), Mars-Juin = Nr. 36 (36)

MARCEL RA VAL 
375 
Le ciel a craqué de toutes parts : la pluie ruisselle. Le vent secoue 
la pluie, la plie jusqu’à la rendre horizontale. Les routes, lassées par 
leur sort immuable, profitent du désarroi et de la nuit pour changer de 
parcours. Les routes bougent, s’élancent, rectifient leurs courbes, re 
dressent leurs pentes. A ces jeux, la rose des vents s’effeuille. Les 
visages d’Agnès et d’Ezza se mêlent, se recouvrent. A chaque carre 
four un espoir s’éveille, puis se dément. Les noms des villes proches 
maintenant sont identiques, les distances abolies. 
Les yeux me pèsent... mes mains... cristaux de la fatigue. Si je 
comptais les arbres? Un, deux, trois, quatre... Si leur nombre est pair... 
cinq, six, sept... Ezza est morte... huit, neuf... S’il est impair... dix, 
onze... 
Le sommeil a laissé choir son petit échafaud. 
1922. 
Marcel RAVAL.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.