Full text: 5(1924), Mars-Juin = Nr. 36 (36)

JACQUES POREL 
401 
c'est ce reflet, cette large tache d'ombre que leurs silhouettes pro 
jettent sur lui. 
Les «pions», qui, comme tous ceux qui se hâtent, manquent de temps 
pour leurs entreprises, leurs écoles, furent stupéfaits. Ils érigèrent en 
système ce qui n était qu’un incroyable abandon. Alors apparurent les 
théories prouoticnn.es (l’affreuse expression) les rapports de Proust avec 
Bergson, avec Freud, avec Dieu sait quoil Mais comment en vouloir 
aux adeptes en face de l'attitude de ce grand quotidien dont les 
articles d'une abjecte hostilité resteront comme un monument de bêtise 
dans l'histoire de la critique littéraire. 
Je ris tristement lorsque je songe qu'il m’est arrivé d’attaquer 
cette œuvre devant certains émules pour l'esprit desquels l'estime me 
manquait. N’était-ce pas encore une façon de la défendre? (*)I1 faut aussi 
faire sa part au dangereux et bienfaisant esprit de contradiction — 
seule faiblesse d'où nous sortions grandis à nos propres yeux. Devant 
la gravité ridicule de certaines têtes nues (il ne s’agit bien entendu ici 
que des professionnels), au chevet d’un mort pour qui se préparaient 
les jalousies posthumes les plus insidieuses et les revendications les 
moins convaincantes, je me pris à soupçonner le mauvais usage qui 
allait être fait du Tempo Perdu. C'est encore l’esprit de contradiction 
qui m'a mis en garde contre ce qui se disait autour de La Prisonnière. 
On s’accordait généralement à la dénigrer. J’ai lu, avec tout le parti pris 
que Proust mérite, parce que je ne puis faire de mon goût de certains livres 
une science et ne vois dans la littérature comme dans l'amour et les 
voyages que raison à s'enthousiasmer. Je n'ai perçu aucun déclin dans 
l'œuvre de Marcel Proust. Certains morceaux de La Prioonnière, 
la mort de Bergotte, la brouille entre Charlus et les Verdurin, 
sont parmi les plus beaux qu’il ait écrits. 
Le moins qu’on puisse dire de cette œuvre c'est qu’on ne fait que 
commencer d’en parler. Tant pis pour ceux que déjà ce bruit gêne. 
Jacques POREL. 
(1) Non.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.