Full text: 5(1924), Mars-Juin = Nr. 36 (36)

RENÉ OREYEL 
405 
Breton à bien des injustices. Querelle s insignifiantes, dira-t-on, querelles 
d’homme de lettres. Oui, mais Breton qui les cherche veut faire figure 
d'homme, et d homme uniquement. Enfermé au milieu des livres, des 
tableaux, je ne crois pas qu’il goûte jamais la joie dont LL écrivit qu’il est 
impossible de la concevoir autrement que comme un appel d'air. A la vérité 
de tous les appels d’air il fait de petits courants bien domestiques, 
bien littéraires. Je me rappelle certaines séances spirites répétées jus 
qu’à l’ennui où il ne sut trouver qu’un aliment littéraire. 
Mais quelles étranges expériences pour qui n’aimant pas certains soirs 
le sommeil hypnotique facile à contrefaire, sentait Breton désirer la folie 
comme un appel d’air. Tout finit par des articles. Grâce ou disgrâce 
pour Breton la folie n’est point venue. 
L’auteur des Pas perdud est un excellent critique, je veux dire qu'il 
sait fort bien fausser les valeurs et vendre pour de l'or son cuivre. 
René CREVEL. 
MIRACLES, par Alain-Fournier {N. R. F., édit.) 
Je parlerai avec précautions et pudeur d’un écrivain dont la vie et 
l’œuvre ne furent elles-mêmes que pudeur, et qui mourut à vingt-huit 
ans. 
Le livre qui nous est aujourd'hui présenté nous séduit par un double 
intérêt. De la personne d’Alain-Fournier, nous ne connaissions que ce 
qui en transparaissait si discrètement à travers le Grand Æeaulnes', de 
son œuvre, nous ne connaissions que ce livre, à peu près parfait dans 
un genre nouveau. Voici que Jacques Rivière nous révèle, dans une 
introduction qui est une de ses plus clairvoyantes Etudes, quel fut cet 
homme ; et que des œuvres antérieures au Grand Æeaulneo nous mon 
trent nettement ses influences, sa formation, sa progression incessante 
vers son chef-d'œuvre. 
C’est un jeune homme chimérique et tendre. Il est poreux à toutes 
sensations; il se sent placé au milieu de la vie, non pour la discuter, 
non pour en tirer une philosophie (il a horreur des abstractions), mais 
pour en être ému; “j’ai le merveilleux pouvoir de sentir, dit-il”; cha 
que émotion eveille en lui d’inapaisables échos. •— Pourtant il s’éloigne 
du bruit et des apparences; il se réfugie dans une rêverie sans fadeur,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.