Full text: 5(1923), Sept.-Octobre = Nr. 33 (33)

-4 ià&ÜW UMft» 
. H, 
152 
FAITES VOS JEUX 
L 
instants, se creusent dans le passé déjà lointain, avec des mélodies rudi 
mentaires de vers et de reptiles insignifiants, embrouillées, elles continuent 
à nager dans le sommeil des veines. 
Elevé avec tout l’apanage de ménagements dû au premier né, les 
moindres contrariétés enfonçaient des épingles précoces en moi. Je m’ima 
ginais candidement que cela faisait mal. Je n’avais qu’une sœur, et la 
lime stridente de ma jalousie rongeait l’enfance de mon cœur absurde et 
turbulent. Faute de mieux, elle le façonnait à sa manière simplifiée, 
l’arrondissant pour pouvoir glisser dans ce régime du roulement à billes 
qui adapte les dents de la vie à nos propres calamités. J’ai devant le 
cadran de mes yeux la scène où ayant perdu ma balle, je crevai froide 
ment celle de ma sœur. Jamais proie ne fut chargée de tant de lourde 
désolation : réduit à l’impuissance par les remontrances que m’attira 
cette subite méchanceté, aggravée du fait que je la croyais légitime, 
j’allai dans une remise comblée de distractions et de débris, et gravai 
avec un clou sur une caisse la date et l’objet de mon désagrément. J’ai 
suivi pendant quelque temps cette secrète habitude, poussé par le désir 
de ne rien oublier de mes tourments. Comment aurai-je pu savoir que 
ces légers chatouillements du sort ne valaient pas la peine d’une aussi 
grande dépense de ferveur? Mais je croyais que le mal, du fait qu’on 
le sentait, supposait de l’intelligence, tandis que le rire tenait de la 
bêtise. Ce préjugé décida du snobisme de ma mélancolie. 
Mes parents habitaient une assez vaste maison bâtie à la tête d’une 
cour qui donnait dans un énorme jardin. Abrité par un précipice aux 
gestes barbares de sentiers nus, le petit ruisseau trompa souvent mon 
attente avec la fraîcheur du soleil et des cascades artificielles que je 
bâtissais. Mon élan amoureux suivait à distance des liaisons imaginaires 
avec des amies dont la nudité des genoux ou l’attitude coquette me 
faisait pressentir d’obscures servilités. Les jalousies et les préférences 
sautillaient avec l’essaim des mouches actives et nerveuses jusqu’à leur 
dissolution dans l’air.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.