Full text: 5(1923), Sept.-Octobre = Nr. 33 (33)

MAX JACOB 
165 
le port de reine! de reine et de sirène, si haute et grande. 
Parmi tant de valseurs : l’Inconnu! Capitaine! 
Il est aveugle et sourd : son uniforme est neuf. 
Avec grâce il s’incline pour la valse et quand il se relève 
la dame reconnaît le mort, le mort, hélas! 
et le mort dont son cœur, 
dont son cœur ne se souvenait plus. 
Alors! pendant la valse... le sang d’une blessure 
a taché la robe (robe de cette année : l’année de Magenta! 
robe blanche bordée... bordée d’un bleu sinistre). 
Et personne, Dieu merci! qu’elle-même 
n’apercevait derrière la belle figure martiale 
celle plus riante de la mort. 
Oh! résurrection épouvantable et qui me glace, 
ils dansaient tous les deux reflétés par les glaces. 
Pourtant la Sirène! elle se mariera bientôt 
avec un autre vainqueur de Magenta. 
L’uniforme est le même que la balle frappa. 
Et la robe ! la robe blanche est dans une armoire avec d’autres robes : 
on n’oserait pas la donner à la femme de chambre! on n’oserait pas 
l’envoyer à la teinturière... Voyez, mes enfants, cette noble dame à 
cheveux blancs <( qui a dû être très belle », eh bien! elle a une armoire 
qui ressemble au cabinet de Barbe Bleue! 
Max JACOB. 
Roscoff, août-septembre 1923.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.