Full text: 5(1923), Sept.-Octobre = Nr. 33 (33)

RENÉ OEEYEL 
179 
DÉTOURS 
Je pense au regard d’une amie et ne sais plus même la couleur 
précise de ses yeux. Ni celle des miens d’ailleurs; pourtant je m’efforce, 
devant mon miroir, à la candeur des conscrits de Basse Bretagne; leurs 
calembours allègent tout mystère jusqu’à la transparence, et laissent 
deviner certaines réalités difficiles et les liens qui les unissent entre 
elles : ainsi, par exemple, se révèle l’âge de la belle-mère du capitaine. 
Trouver une réponse aux énigmes qui s’appellent du nom de mes 
amies, du mien? Certain orgueil demeure trop fidèle à l’amour d’insai 
sissables présences et ne consent guère à se laisser payer en langage 
de monnaie courante, une fois pour toutes. Mais n’est-ce point parce 
qu’ils doivent effectuer tous les jours le recensement de leur corps 
qu’on dit des enfants qu’ils sont à l’âge heureux? Comme ils croient 
ressembler à leurs frères, ils perdent d’ailleurs trop vite le désir de se 
regarder pour se connaître. 
0 
Le lendemain du baccalauréat, au coin d’une rue, une glace soudaine 
accuse la fatigue mauve des solitudes aux paupières. On s’habille de
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.