Full text: 5(1923), Sept.-Octobre = Nr. 33 (33)

MARCEL RAYAL 
193 
feuilles libres 
POÉSIE 
PLAIN-CHANT, par Jean Cocteau (Delamain et Boutelleau, édit.) 
La grâce d’une courbe, c'est à quoi le vrai poète atteint sans y 
songer, tout en caressant les rythmes et les images avec des capri 
ces divers où nous croyons souvent qu’ils disparaissent, mais où la 
fin du jeu nous les fait retrouver toujours. Regardez, et dites si 
la courbe poétique de Jean Cocteau n’a pas la pureté d’une ellipse? 
Le bel obus qu’il prépara longtemps et qui éclata avec le Cap de 
Bonne Espérance retombe, après un vertigineux parcours, sur le sol, 
et c’est un fruit délectable, acide au goût, avec un vert feuillage 
autour : Plain-Chant. 
L’inquiétude, fil d'Ariane. Quel poète plus que Jean Cocteau en 
subit les ruses et les détours par lesquels elle fait mûrir la contra 
diction nécessaire à toute œuvre? Pour se découvrir, il faut se faire 
violence, se déplaire à soi-même. Ce sont nos yeux qui ont tort 
quand, dans l'obscurité subite, nous ne reconnaissons pas un visage, 
une table. La nuit dans laquelle on conçoit le poème n’abandonne 
que lentement son épaisseur. Vaincre l’impatience de l'œil, les poètes 
s’y résignent mal. 
Avec Plain-Chant, il semble que Jean Cocteau donne au procès de 
la forme, qui tourmente encore certains esprits, une conclusion, en 
apparence simple comme bonjour, mais qui pourtant détruit le pré 
jugé absurde grâce auquel le choix de telle forme déterminait automa 
tiquement la tendance d'un poète et le * ‘situait" à coup sûr. Il mêle
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.