Full text: 5(1923), Sept.-Octobre = Nr. 33 (33)

WUÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊHIÊIÊÊtÊtÊÊKÊÊIÊÊÊÊÊÊKKKttKÊÊÊKlÊKIKÊÊi 
144 
FAITES VOS JEUX 
FAITES VOS JEUX 
LA MÉMOIRE PROFESSIONNELLE 
VII. — Ce qui me décide à raconter quelques souvenirs. 
Le temps des justifications, aussi subtiles que naïves, qui se dissipait en 
phrases commençant par « j’écris parce que », est passé depuis long 
temps. J’ai pris une part active au lancement de ce petit jeu de conscience. 
Il me laisse insensible aujourd’hui. Malgré le désir de sincérité des 
joueurs, il a provoqué bien des coquetteries de langage et ouvert les sou 
papes à de frivoles fantaisies. La plupart écrivent pour gagner l’estime 
ou l’étonnement du lecteur par des manoeuvres habiles qu’ils dissimulent, 
mais il n’arrive pas, même en découvrant la carte du cœur, à déterminer 
l’atout des sonorités complètes et compactes. Ils ne se demandent pas 
quels sont les mobiles de leur littérature, à peine s’inquiètent-ils de ses 
buts, et laissent de côté la fonction algébrique et aimable des choses de 
qualité, seule digne d’intérêt : la poésie. Je ne parle pas de la poésie 
écrite, mais de celle qui est un instrument de vie ouvert sous la lumière 
d’un certain angle de dévotion indécise, le pouvoir de doser et de com 
muniquer la quantité de facultés humaines accumulée en soi, le prétexte 
à d’indéfinissables paresses physiques. 
J’ai commencé à écrire, dans ma première jeunesse, sans me deman
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.