Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

384 
PIERRE REYERDY 
TOUT S’ENVOLE 
La dorure du soleil sur l’œil, sur le cadre, sur les parties 
faibles de l’appareil — le rayon qui casse. 
Tout luit dans les mains bleues qui soutiennent le'ciel — 
les mains des anges — plus longues que l’éclair et le fil du 
tonnerre — le nuage qui éclate en poussière d’écume. Le 
vent n’arrive qu’au moment où la poitrine respire à l’ho 
rizon — le vent chargé du bruit des voix perdues, de tout 
le poids des feuilles et des noms inconnus qui cachent leur 
orgueil. Et tout est à l’orage — le gris du mur, le fer, la 
fenêtre basse. Même l’œil fermé à l’air — les ombres qui 
passent. Alors on court au ressac contre les limites, la terre 
ferme et la place où tout s’écrase et s’évanouit plus vite. 
Le ciel est déchiré, l’eau coule sur ma tête — et les toits 
envolés — les ailes des oiseaux nocturnes effrayés par la 
tempête. 
EN MARCHANT A COTÉ DE LA MORT 
J’ai perdu ce caractère blanc qui dirigeait les toits. L’es 
prit des toits, les girouettes — et la pointe des doigts. En 
même temps nous avons perdu toutes les lignes qui reliaient 
les étoiles du ciel et le ciel à la terre. Les lignes de métal. 
Tous les préparatifs sont faits, les oiseaux partent, quittent 
la terre pour un autre pavé. Les gardes des courants régu
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.