Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

A COTÉ DE LA MORT 
385 
liers sont là, les cavaliers sont là et moi je perds la tête 
dans ce vent qui entraîne le chemin ouvert et la poussière 
à travers des pays que Ton ne connaît pas. On voit dans la 
glace de l’eau les hommes déformés. Je crois qu’ils avancent. 
Mais le courant inverse les ramène, les plie ou les laisse 
flotter. Ce ne sont pourtant que des images. Les images des 
hommes déformées dans un grand courant d’air ou un autre 
mirage. Et pas à pas — ils avancent plus près — contre le 
bord du cadre au dur visage. 
Pierre REVERDY. 
Le Ll+eur.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.