Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

JEAN GIRAUDOUX 
39Ô 
accordait aucun répit, aucun repos. II fallait manger et dormir et tou 
jours manger. Suzanne est plus optimiste; ce qu’elle découvre ce n’est 
pas la miséricorde divine, c’est la bonté, ce qu’elle aime ce n’est pas 
le confort, c’est la poésie. Tout autour d’elle fleurit la joie. 
C’est à Jean Giraudoux qu’il appartenait de rétablir cet équilibre. 
Il a donné à Suzanne ses dons les plus certains, optimisme, clairvoyance, 
amitié. Jean agirait comme Suzanne et nous devons lui en savoir 
gré. Il ne se laisse pas deviner mais il avoue enfin. Jacques n’était donc 
pas seulement égoïste, Manuel paresseux et Bernard faible : ils étaient 
aussi optimistes et Suzanne, plus spontanée, nous a permis de le savoir; 
Giraudoux sait rire. Il accepte de n’être pas sérieux, d’être léger, d’être 
aimable, d’être même quelquefois étrange. Les grands mots, les noms 
lourds ne l’impressionnent pas. Il est un anarchiste distingué et ce n’est 
pas Siegfried qui prouvera le contraire. Le parfait indifférent, celui 
qui n’a plus de mémoire, oublie tout, n’oublie rien. Il voit toute la bous 
culade des jours, et n’entend rien. Un cri, c’est la guerre; une conver 
sation, c’est la révolution; l’Allemagne, une collection d’objets en 
peau de lézards; la France, une rivière. Les femmes meurent en jouant 
avec leurs tics comme avec une chaîne de montre, les femmes vivent 
en jonglant avec leur conscience et leur vertu. 
Cette soumission des éléments domptés, la lune vue de Munich 
porte un aigle noir en son centre, cette séduction à rebours, les femmes 
portent des numéros sur leurs muscles, cette gravité sans profondeur, 
la révolution n’est qu’une farce d’atelier, est-ce Siegfried qui en est res 
ponsable ? 
Ainsi passent autour de ce cerveau sans mémoire, de cet Européen 
sans patrie, un pays sans arbres, sans fleuves, des maisons sans toits, des 
têtes sans cheveux, des yeux au double regard. Siegfried trace les fron 
tières de sa race et celles de son cœur. Je ne le connais plus.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.