Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

408 
MAURICE RAYNAL 
vermiculures, des arabesques, des entrelacs, des rin 
ceaux, où l'encombrement le plus funeste des linteaux, 
des frontons, des fleurons, des corniches et autres som 
miers, l'on enseignera que le comfort est le signal de mort de 
toutes ces beautés. 
L'œuvre de Le Corbusier est une réponse à ces 
errements par trop spirituels. Klle montre tout d'abord 
qu'une sorte de lyrisme plastique, bon maître et non 
tyran de la nature, en Toccurrence la nécessité est 
F arfaitement compatible avec l'utilisation pratique que 
on attend surtout de lui. 
Voici trop succinctement exposé le projet de Le Cor 
busier. 
Paris étouffe, s’énerve et s'anémie faute de place, 
d’air et de commodité. Chacun sait cela. Nous ne nous 
en apercevons pas toujours, mais nos poumons, nos nerfs 
et notre sang le font, paraît-il, pour nous. Or tout ceci 
ne vient que du manque de méthode apporté non pas à 
la création des villes, mais à leur extension. Car il ne 
faut pas croire que Le Corbusier ait l'intention de 'cons 
truire sa ville de 3.000.000 d'habitants en série. Il pré 
sente des idées neuves que l'on devra appliquer en 
détails et auxquelles il donne des liens, une forme toute 
légitime, un aspect délibérément artistique. 
La ville de Le Corbusier pourra contenir 3.ooo.ooo 
d'habitants, occuper une surrace moindre que celle de 
Paris, offrir enfin une facilité de circulation idéale et des 
commodités tant au point de vue place qu'au point de vue 
hygiène, absolument insoupçonnées. 
Le miracle est encore ici fait de bonne et pure science. 
Plusieurs principes généraux d'urbanisme le constituent. 
Ce sont 1 emploi du gratte-ciel, le respect de la ligne
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.