Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

CRITIQUE GÉNÉRALE 
413 
feuilles libres 
CRITIQUE GÉNÉRALE. 
LA MUSIQUE AU CINÉMA. 
Ce fut un des plus graves errements du cinéma, à ses débuts, que 
de se mettre à la recherche du synchronisme entre le son et l'image. 
A quoi bon ? Le cinéma est un art purement visuel, et l’on s’acharnait 
à vouloir le marier à la musique : tristes noces auxquelles le phonographe 
prêtait sa voix nasillarde. Mais on tenait à entendre ceux qu'on voyait 
se trémousser, et il semblait très désirable d’ouïr ceux qui gesticulaient 
sur l’écran. 
Nous verrons quel est le principe qui justifie les recherches faites 
en vue de la réalisation du synchronisme. Elles sont vouées à l’insuccès, 
plus artistique que mécanique, étant donné que le phonographe, pauvre 
instrument râleur, est indigne de son frère cadet, le cinéma. 
(Tout autre est l’invention de M. Delacommune. Ce jeune ingénieur 
a réussi à trouver un dispositif, qui permet à un lecteur de débiter une 
conférence dont le texte, établi conjointement avec le film, se déroule 
en même temps que lui devant une fenêtre pratiquée dans un pupitre.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.