Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

414 
W. MAYR 
Par là se trouve résolu le problème que posait le film didactique qui a 
besoin d'un commentaire.) 
* 
# * 
N'empêche que toute projection de film est accompagnée de 
musique. C’est un fait constant : le piano le plus lamentable est préfé 
rable au silence. Quelle est la raison de cet accompagnement — obli 
gatoire sinon gratuit? 
Demandons-nous d'abord pourquoi nous sommes gênés quand la 
musique s’arrête, — le temps de changer de partition — et que le film 
continue. Simplement, parce que dans la réalité nous sommes habitués à 
voir la vie se dérouler au milieu du bruit, sinon de la musique. L'écou 
lement d'images dans le silence nous choque, puisqu'à l’ordinaire, nous 
lions l’image au son. 
Le silence au cinéma tend donc à rompre des associations très 
fortes que notre cerveau a établies entre le mouvement et le bruit. De 
là une certaine gêne, une attente que comble la musique, celle du grand 
orchestre au Gaumont-Palace, ou celle de l’humble piano du cinéma de 
banlieue. Ce phénomène n’est vrai que pour les êtres normaux. Je suis 
persuadé que les sourds éprouvent au cinéma des impressions plus vives 
que les autres personnes. En effet, leur sens auditif oblitéré ne vient 
pas les tirailler ou les distraire par quelque fragment de la Tosca ou le 
Prélude du Déluge. Dans la vie également, les sourds jouiraient plus 
intensément de leurs perceptions visuelles, s’ils n'étaient rendus inquiets 
par le soupçon de quelque hostilité, qu’ils croient deviner dans les 
gens ou les choses. 
Nous pourrions, nous aussi, à force d’exercice, vaincre le senti 
ment désagréable d’être rendus subitement sourds, quand la musique 
cesse. 
Certes, l’accoutumance aux gestes silencieux nous permet de 
suivre les péripéties d’un film en faisant abstraction des sons qu’il ren 
ferme virtuellement. Mais ce à quoi nous n’arriverons jamais, à moins 
de nous mutiler mentalement, c’est à effacer l’image seconde des sons, 
celle qui vit et chante en nous et qui accompagnera toujours en pianis
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.