Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

416 
W. MAYR 
(comme si c'était la première fois), bref d'observer le remue-ménage qui 
s'opère dans la batterie de la cuisine délectable des sons. 
L'œil est un tel tyran, son hégémonie sur le cerveau est si assurée, 
que le ridicule de ces exhibitions musicales n’apparaît guère. Il tient à 
assister à un festin où il n’a que faire, et il prétend s’assurer que l'au 
teur d'une héroïque et fracassante glissade est bien ce gros trom 
bone aux joues empourprées, et qu'un rossignol loge dans cette bonne 
dame corsetée et palpitant comme un soufflet. 
L'oreille, bonne fille, se contente d’une collaboration plus lâche : 
je crois même qu’elle supporterait, en guise d'accompagnement d’un (film, 
les roulements variés qu'un artiste tambour exécuterait sur la caisse 
claire. Donnez-lui donc indifféremment du Saint-Saëns, du Beethoven 
du Wagner ou du Berlioz, des ras et des fias alternant avec des flon 
flons. Tout lui sera bon, pourvu qu'un peu de rythme s’allie au sautil 
lement des images. 
Mais ce rythme, objecterez-vous encore, contredit souvent celui 
qui se mime sur la toile, en dépit du zèle déployé par le chef d'orchestre 
qui attaque une marche pour scander un défilé officiel et qui donne la 
parole à l'harmonium seul pour les inaugurations de monuments funè 
bres. Encore une fois, cette discordance importe peu, quand Fœil est 
captivé et que l'attention visuelle est seule en jeu. Dans les scènes 
tristes, que se produit-il ? L’émotion, qui tend à déborder la sensation 
cérébrale, exige alors un accompagnement qui soit à l’unisson. La vue 
se soumet à l'ouïe. Les nerfs du grand sympathique entrent alors en 
danse sous la double excitation de l’œil et de l’oreille. Leur complicité 
nous font rire ou pleurer. 
W. MAYR.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.