Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

420 
MARCEL SAUVAGE 
LE ROMAN. 
LE SONGE, — par Henri de Æontherlant, — (Bernard Grasset, éd.) 
Quand un écrivain meurt, presque toujours c'est alors que son 
œuvre semble naître. Seulement alors elle apparaît dans sa plénitude 
et détermine aussitôt des courants intellectuels. Ainsi pour Marcel 
Proust dont la leçon transparaît ici sous l’étoffe des phrases. 
Une autre lumière, un autre appui : Maurice Barrés. 
Voici posé, avec le plus lointain souvenir de Stendhal, le trépied 
spirituel sur lequel va lentement pivoter (en 3^5 pages) un héros peu 
sympathique, le jeune Alban de Bricoule, — création originale, créature 
artificielle qui aime à montrer, au gré de M. Henri de Montherlant, 
la méchante âme ardente, tour à tour fumeuse ou claire dont elle est 
vêtue. 
* 
* * 
Alban de Bricoule a “la folie des âmes,” c’est un “toucheur 
d’âmes ” qui connaît depuis peu son histoire ancienne, la romaine en 
particulier et qui, d’abord, ne jure que par Alcibiade, César et Catilina. 
Ni plus ni moins. Ce naïf collégien, tout en nerfs et en contradictions, 
mauvais et prétentieux, amoureux de son égoïsme qu’il nomme disci 
pline et qu’il épluche avec dilection à chaque minute, Narcisse incliné 
sur le miroir de son inconscient, — est, paraît-il, catholique, catholi 
que avec le dégoût de la chair. « Son orgueil n'est que pour les hommes, 
son humilité est pour Dieu. »
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.