Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

LES ARTS 
427 
LES ARTS. 
GEORGES BRAQUE (A propos du Salon (f Automne) 
Il y a peu de monde devant les toiles de Georges Braque. Le public 
s'arrête à d'autres devantures, il regarde les beaux jouets, les blocs 
de constructions, les poupées articulées, les automates, car le Salon 
d'Automne, aux approches de Noël, est un grand boulevard éclairé, 
plein de tentes et de cabanes. Qui pense à lever les yeux pour se rap 
peler, ne fût-ce qu'un instant, la vraie couleur du feuillage ? 
Enfin, respirons ! De la bousculade amusante ne songeons à contes 
ter ni l’opportunité, ni le charme. Tendres œillades et coups de poing 
nous laissent un souvenir agréable. Les monômes, sous l’œil des cri 
tiques, agents de police, évoluaient avec assez d’ordre et d’indiscipline 
pour que les deux traditions, l'anarchique et l'autre, fussent momenta 
nément satisfaites. Mais un peu en dehors des voies parcourues, retrou 
vons le calme, notre liberté d’allure et Georges Braque. 
Vain espoir, celui de rendre intelligible une émotion que le musicien 
peut-être exprimerait par un pianissimo très lent, mieux par une pause 
avec point d’orgue. L’effet de ce blanc pourquoi nous préférons au 
poème, la demi-page vierge où vient frapper son écho. Cependant, 
puisqu’il n’est pas d’usage de faire suivre un nom vénéré de longues 
parenthèses vides où chacun pourrait insérer mentalement sa couleur 
favorite, sa fleur, sa ville, le thème d'une mélodie, entourons Braque 
d’une zone neutre, d’une marge pareille à celle que réservent aux 
approches de ses tableaux les cadres teintés de lait, rejetés par eux, 
comme d'un lac vers ses rives l'écume, les rameaux argentés du saule.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.