Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

LA SCULPTURE 
429 
- 
- 
JACQUES LIPSCHITZ. 
Sculpture cubiste, a-t-on dit. Je veux bien, mais sculpture tout 
court, d'abord. Il importe peu que Jacques Lipschitz passe aux yeux 
de certains pour un artiste hermétique. Sans doute son apport esthé 
tique réside dans le fait qu’il organise l’espace en se servant d’élé 
ments purs et qu’il sacrifie à son œuvre, réalité artistique, la réalité 
visuelle. Sans doute, il serait injuste de nier qu'il tira parti d’une 
des plus importantes acquisitions de l’art contemporain, en disso 
ciant l’élément figuratif et l’élément plastique. Mais il ne suffit point 
d'adopter un mode, pour faire preuve de maîtrise. Le cubisme n’est 
pas, que je sache, une garantie contre la médiocrité. Je prie tous 
ceux qui tiennent Lipschitz pour un novateur d'oublier, ne fût-ce qu'un 
instant, sa qualité de sculpteur cubiste et d'aborder l’étude de son 
œuvre en faisant abstraction de son aspect extérieur. 
A ses débuts, Lipschitz pratique la sculpture sphérique. Ses volu 
mes lisses, fermes, dépouillés s’emboîtent déjà, comme de parfaits 
rouages. Ils se fondent, se pénètrent, et c'est à peine si un œil exercé 
aperçoit leurs jointures. Une impression de calme et d'harmonie se 
dégage de ces figures précieuses aux formes arrondies, aux fins linéa 
ments. C'est donc en pleine possession de ses moyens techniques que 
Jacques Lipschitz entreprend son œuvre de révision. A la forme sphé 
rique, il adjoint la forme cubique qui brise l'unité du rythme, rompt 
les rapports des masses et désagrège l'organisme plastique. Les direc 
tions clairement indiquées, les statues de Lipschitz qui datent de cette 
époque se dressent au carrefour de deux chemins, comme des problè 
mes complexes sur le point d'être résolus. L’œuvre d’épuration ainsi 
commencée se poursuit lentement. La forme cubique absorbe peu à peu 
la forme sphérique et ovoïdale. D'austères armatures des formes exclusi 
vement architectoniques et réduites à leur plus simple expression 
attestent l’état d'esprit dans lequel travaille l’artiste, désireux de mettre 
à l'épreuve ses ressources, avant de s’engager dans une voie nouvelle. 
Il sculpte à ce moment une petite statue, à plus d’un titre édifiante. 
Les “chairs à vif”, les volumes des hanches et des jambes, franche 
ment disjoints, les seins projetés en saillies sur un torse plan, ce schéma
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.