Full text: 4(1922-1923), Déc.-Janv. = Nr. 30 (30)

378 
MAX JACOB 
notre époque où tout est mêlé et où les applaudissements vont plutôt à 
celui-ci qu’à celle-là. 
« L’amour est une passion qui fait faire bien des sottises aux jeunes 
gens! » 
Sottises aux jeunes gens! Quelle familiarité grandiose! le voilà l’ac 
cent paternel et grave qui sied aux grands esprits. Que disions-nous donc? 
Charles un moraliste austère? Charles un auteur sévère? Non! Charles 
est père et il ne l’oublie pas, ses lecteurs sont ses amis, son style déborde 
de tendresse comme celui des Evangiles auxquels il fait sans cesse songer 
par la pensée qui est calme et sereine et par la forme qui est simple et 
sans détour « L’amour est une passion ». Ah! comme il a souffert! Ah! 
comme il a aimé ! Quelles luttes pour arriver à cette sérénité. (Cf. notre 
ouvrage Charles Durand et les femmes, Tome I, Les cousines de Charles 
Durand, Tome II, Une idylle sous la Troisième République : la femme 
de chambre de Charles Durand.) 
La place nous manque pour tout citer, il faudrait faire passer ici toute 
la partie morale de la Compilation. Notons pour terminer cette trop 
rapide étude que, comme tous les grands esprits, Charles fut tenté par 
la carrière politique. Il fut plusieurs fois élu conseiller général du dépar 
tement où il eut un patrimoine à la mort de ses parents, puis par la force 
des choses député, sénateur et ministre. Il eût été président de la Répu 
blique s’il avait eu ce qui a toujours manqué à cet honnête homme : 
l’esprit d’intrigue. 
A l’époque où Charles débuta dans la carrière politique, on se pré 
sentait d’habitude au peuple comme candidat socialiste pour être porté 
par la grosse masse populaire et Charles, quoique propriétaire et renté, 
fit comme les autres, mais comment croire que ce propriétaire terrien se 
soit dit socialiste par intérêt? Les maximes grandioses que nous citions 
répondent pour ce grand désintéressé. Comment le croire quand on lit 
ces longs, admirables et fréquents discours. On a reproché à ces discours
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.