Full text: 4(1922), Octobre-Novembre = Nr. 29 (29)

840 
BLÀISE CENDRARS 
avec de l’ombre!... Mais c’est dans l’ordre des choses, ça; le monde est 
ma représentation, — donc, je tisse, je tisse, j’habille des fantômes 
avec de l’ombre, je pousse l’aiguille dans le vide et je tire un fil ima 
ginaire!... 
Oh! là là... quel ennui! quelle migraine! J’ai mal, je ne sais pas 
au juste où. Au fond, tout au fond de moi, j’ai trois points lancinants. 
C’est comme si des glandes se mettaient lentement à tourner quelque 
part et que j’en aie vaguement conscience. C’est toujours ainsi, après des 
sensations trop violentes. Au fond de moi quelque chose s’éveille, un 
mal, un malaise plutôt vague, indéterminé... une douleur fade. Je suis 
en l’attente de quelque chose qui va se manifester, éclater — et qui 
n’arrive toujours pas! Oh à la longue!... il me semble que trois coquil 
lages s’entr’ouvrent et que des choses molles, visqueuses, tâtent et palpent 
autour d’elles ; du fond de mes viscères monte un dégoût, une espèce de 
répulsion, d’ennui physique. C’est ça, mon mal et encore autre chose, 
car si je parvenais à le contraindre dans des mots, je le cracherais par 
la bouche et je serais guéri! — Oh, quelle migraine!... 
Voyons, où en étais-je? A Olympie? — Non, à Rosabelle; non, 
à « Elle » — ha, ha, ha! 
Non, à Ursule, à Agnès, à Marguerite. — O vous toutes que 
j’ai rencontrées sur ma route! 
Tournez, tournez, bon* chevaux de bois, 
Tournez cent tours, tournez mille tours... 
Ah ! en ai-je de ces coins de manège dans le cœur ! quelle puanteur 
de friture et quels endimanchés jours de fête! 
Tournez, tournez, bon* chevaux de bois, 
Tournez cent tours, tournez mille tours... 
Où? quand donc? — Depuis longtemps! — depuis toujours. Il est 
mangé le pain d’épices!
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.