Full text: 4(1922), Octobre-Novembre = Nr. 29 (29)

LA COURSE CIRCUM-ETNA 
311 
LA COURSE CIRCUM-ETNA 
Sur les plans les villes s’offrent, différentes. Les unes sont des 
cellules serrées autour d’édifices municipaux, puis s’élargissent, tirées 
droit vers les jardins, les hôpitaux, et la gare, dans une crevasse qui fait 
éclater tout un quartier et termine le paraphe des voies ferrées. D’autres 
sont fendues par un fleuve, terminées par des jetées qui prennent et cal 
ment la mer entre leurs bras. D’autres enfin composent des grilles où les 
stades, les arènes et les cimetières trouvent à peine à allonger leur ovale, à 
tracer leurs croix dans l’orbe des anneaux saturniens des boulevard exté 
rieurs. 
Sur la place, quand la lumière manque à ses promesses et que 
survient la nuit qui simplifie tout (1 obscurité rapproche plus que le jour 
n’a séparé), il y a moins de différence entre les villes, et le voyageur 
arrivé le soir même peut, par expérience, retrouver seul sa route, ou, s’il 
n’a pas de route, son divertissement. Aussi est-il rare que dans l’émoi 
d’après-dîner, posé au centre de la ville, servi par toutes les ressourcés 
de l’éclairage, se sachant ignoré, séduit par l’immédiat, le provisoire,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.