Full text: 4(1922), Octobre-Novembre = Nr. 29 (29)

SPECTACLES 
363 
SPECTACLES 
MARCEL HERRAND 
Marcel Herrand joue Candida, de Bernard Shaw. 
Des bras qui n'en finissent pas, des yeux droits et des sourcils, 
des sourcils. Je le vois s'avancer, dressé ; sur les lèvres quelques 
mots qu'il va prononcer et recueillir dans ses mains. 
Marcel Herrand a su comprendre et dire les poèmes de mes amis 
(et les miens), osé porter sur la scène la pureté qu'il aimait dans 
cette poésie. Il a pu être audacieux à force de simplicité, de netteté. 
Pas de gestes inutiles, pas de tremblements de voix involontaires qui 
“font bien" mais qui sont idiots. Il n'a pas hésité à paraître sec et 
froid pour être lui. Il sait qu'il est au théâtre et qu'on le regarde, qu'on 
le voit. S r il rit ou s’il pleure, on ne le voit pas, on le sent. 
Je vais parfois assister à l'une de ces pièces invraisemblables pour 
comparer le jeu d’Herrand à celui de ses camarades. 
Les uns s’agitent, sautent et hurlent, les autres se mouchent. 
Lui a la chance d’avoir vingt-cinq ans et de rire de toutes ses dents, 
d’être sombre de tous ses yeux, ou de tous ses cheveux. 
Asseyons-nous un instant dans un de ses inconfortables fauteuils 
et regardons-le ; essayons de nous moquer de lui comme nous nous 
moquons des autres acteurs. Il paraît raide comme un soldat de plomb, 
indifférent comme un ballon. Il parle et sa voix âpre emplit cette salle 
où nous sommes. Elle sonne comme une cloche. Ses gestes coupent, ses 
grimaces sont acides, Herrand doit avoir horreur du flou.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.