Full text: Les champs magnétiques

MAGNÉTIQUES 
il y a encore des cris si bleus que l’on meurt d’émoi. 
Tout est bleu ici. Les avenues et les grands boule 
vards sont déserts. La nuit est surpeuplée d’étoiles 
et le chant de ces gens monte vers le. ciel comme 
la mer s’en va à la recherche de la lune, bonheur si 
lourd et si peu décevant pour les âmes délicates des 
vagues. Les plages sont pleines de ces yeux sans 
corps que l’on rencontre près des dunes et des prai 
ries lointaines et rouges du sang des troupeaux 
fleuris. Cadavres des jours adorés, cirque des émo 
tions et des ivresses rouges, rouges, mais où le cœur 
bat comme une cloche fine et pâlie par les soleils 
extérieurs. Laporte majeure laisse écouler les fumées 
oranges comme les champignons que nous aimions, 
le bois est tout près et les femmes rondes courent de- 
ci de-là en ramassant les feuilles ressuscitées et pas 
sagères ; ce sont des oiseaux de toutes les couleurs et 
qui chantent mieux que lèvent. Quadrilatère où l’on 
étouffe pour jamais, mais à la sortie on sait que le 
chasseur est là, avec tous ces chiens, tous ces yeux 
et personne n’oublie la montre putain d’église qui 
vous frappe à la tête comme une roche qui se désa 
grège sans un cri. 
* * 
Mes deux mains croisées représentent la voûte 
céleste et ma tête est une oie grotesque et chauve.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.