Etourdiment parjure aux promesses de fleur 
Ton col s’effile, orné de rinceaux par la treille. 
Il semble, à voir tes mains, qu’elles brodent couleur 
De feuillage une soie où te fondre, pareille. 
Je sens combien tu m’es lointaine et que tes yeux, 
L’azur, tes bijoux d’ombre et les étoiles d’aube 
Vont s’éteindre, captifs du ramage ennuyeux 
Que tôt figurera ton caprice de robe.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.