HYMNE 
H ymne, à peine d’une eau mourante sur le sable, 
O pins, vous limitez l’azur indispensable 
Et le couchant prélude à vos cimes rougies ! 
Un bras faible se noue en des mythologies 
Scabreuses dont la flûte émeut l’enchanteresse 
Au torse vain du faune avide. La caresse 
Initiale flue avec de l’ombre. 
Alcée ? 
Alcée en pleurs dédaigne une rose glacée 
Où, depuis qu’en certaine émeraude un délire 
Suscita les clartés mystérieuses, lire...
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.