1 
Tes yeux prêchent l’amour impatient des Mages 
Où compliqué t’aima je sais trop quel amant. 
Du mensonge qu’un thème ébouriffe en plumages 
(Des perdrix de l’aurore à ces faisans dorés) 
Je te loue attendrie autant, plus que naguère. 
Ne jalousais-tu pas de vieux hennins cendrés? 
Ce soir, j’envie aux preux des Bouvines la guerre 
Indulgente à raison de pape. 
Fantassin 
Là-bas, conscrit du sol et de la hampe, y être! 
— Et mes bras, leur liane chaude qui t’a ceint? 
— J’aurai mordu la vie à tes seins d’ange piètre.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.