Full text: L'empereur de chine suivi de Le serin muet

143 
OCRE 
Ah ! 
BARATE 
Je t’aime, Gounod. J’ai énormément de tempéra 
ment. 
OCRE 
Oui. 
BARATE 
J’aime la volupté. 
OCRE 
Vous ne le savez pas. mais vous devez être Mar 
guerite. 
Il chante. 
« Salut, demeure chaste et pure ! » 
Ils s’étreignent ardemment. 
RIQUET 
Hé, voyez-vous, mes amis, 
Je suis épris de vérité, je ne me nourris que de 
réalités. 
Le nécessaire n’est pas de connaître les que 
relles des différentes choses qui existent 
Mais de les régler pour un but qui est le mien. 
Ce n’est pas en vain que le Verbe existe. Il est 
inutile de juger et analyser pour les émotions et 
et les sentiments tout ce qui se cache sous les 
raisons intermédiaires entre les tenants et les 
aboutissants. 
Il suffit de prononcer la conclusion avec un
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.