Full text: L'empereur de chine suivi de Le serin muet

36 
ESPHER 
ONANE 
ESPHER 
mort. 
Et le fer est trop lourd à tendre au bout des bras. 
Comme il tomberait vite et fort, s’il était levé. 
Implacable chute ! Arrêt flasque. 
Non ; non. Tentation. Non. 
Non. 
Il se réveille. » 
Oh — Quel sommeil — Je 
Qui est là ? Toi ? 
Que fais-tu ici, avec cet air égaré ? 
Mon épée ? 
Tu es belle, mais — 
Tu voulais me tuer, hein, cela te tentait — ah ah 
De voir les paupières cligner sur le chef isolé. 
Je te regarderais peut-être encore, perverse 
garce. 
Eh eh, tendre regard. 
Que dirais-tu d’un plus tendre encore ? 
Vous sentez le whisky. 
Et d’un baiser de la vieille bouche à la langue 
inanimée, 
Mouillée de bave sanglante, 
Dans le courant d’air de son gosier sans fond ? 
ONANE 
Laissez-moi. Vous êtes écœurant.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.