Full text: Poèmes et dessins de la fille née sans mère

TROUSSE OREILLER 
Un gant noir de deuil devant une glace de jais 
comme dans un vertige d’isolement 
pendu à mon bras 
marchait en peignoir. 
Les fraises des bois dédaigneuses retombent 
par saccades envolées. 
Pendant ce long trajet le drap trop large 
onctueusement enfouit dans sa poche la reliure. 
— 34 —
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.