Full text: Poèmes et dessins de la fille née sans mère

46 — 
CHAUSSON DE VISIÈRE 
L’aurore de mon corps contenait tes bras noués 
Loin de mon tombeau en œuf d’autruche 
Je l’épouserai quelquefois en poussant des hurlements 
Ne sois pas silencieuse si je meurs le premier 
Paupières bleues rouillées 
Dents lumineuses 
Comme mon désir ramassé dans l’eau 
Mes reins n’entendent plus nos hymnes 
Sous les ombrages du linge fenêtre 
A l’aube l’indifférence 
de jet d’eau en collier 
Dieu sourit.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.