Full text: Nouvelle série No. 10(1er Mai 1923) (NS 10)

MÉDAILLON RÉGENCE 
Je n’ai trouvé en lui que de l’esprit autant qu’il est possible d’en avoir, un 
talent incroyable pour saisir toutes les surfaces, mais rien, rien du tout dessous, 
et au lieu d’âme, un miroir qui prend passagèrement toutes les images qu’on lui 
présente et n’en conserve le moindre souvenir. Il est impossible de lui parler 
raison, prudence, qu’il ne dise cent fois mieux que vous et tout cela ne passe pas 
l’épiderme; il ne s’applique à rien mais il saisit tout ; il a surtout un fonds d’anti 
vérité qui occupe toutes ses facultés. De quelque art, science, littérature, antiquité, 
connaissance et langue quelconque que vous lui parliez, il en sait trois fois plus 
que vous, enlève tout, brouille tout, mais il affirme avec une sincérité et une cha 
leur qui en imposent ; le mensonge en un mot soit en gros soit en détail, les affir 
mations, déceptions, histoires de tout genre, rien ne lui coûte ; bon diable au 
demeurant et au fond n’étant qu’un fantôme en bien comme en mal, la plume 
dorée et rapide du goût, de l’élégance et un talent incroyable pour grapiller par 
tout. 
Marquis de Mirabeau. 
CORRESPONDANCE 
Citoyen, 
Dijon, 16 mars 1923. 
36, Boulevard Carnot. 
Voulez-vous transmettre à notre ami Desnos toutes nos félicitations pour la 
gifle dont il a cinglé le visage de l’insulteur de Robespierre. Sans doute ce Mayr, 
au nom de métèque, ne méritait pas cet honneur, mais il est bon, il est d’une haute 
moralité, il est d’un exemple à suivre que les lâches qui bafouent nos grands 
hommes reçoivent de temps en temps une correction publique. 
J’espère que le geste de notre ami marquera le réveil de la jeunesse républi 
caine, la vraie jeunesse qui a le culte de la vérité, la passion de la justice et le saint 
amour de l’humanité. 
Encouragés par notre trop longue patience les muscadins de la banque, de 
l’écritoire et de l’œillet blanc passent toute retenue. Défendons-nous et montrons à 
ces beaux-fils que les épiciers, les paysans, les travailleurs qu’ils méprisent en ont 
assez de leurs moqueries. Cognons dur. 
A vous de tout cœur, 
A. Mathiez.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.