Full text: Nouvelle série No. 10(1er Mai 1923) (NS 10)

_ i _ 
DyiD.4 UJ. • 23 : Ai S 10(1^1}) 
LETTRES DU COMTE 
DE 
A U T R E A M O N T 
A savoir si la vie du comte de Lautréamont, Vinvertébré, le cérébral, a 
jamais été en jeu. La passion du bien, poussée jusqu'à un certain point, peut 
placer un homme plus haut que le sommet inaccessible de la vie, dans Z’inac 
cessible. Pour retrouver cet équilibre et cette sûreté qui ont fait des mots espoir 
et désespoir de l'hébreu, Lautréamont n'a pas pu se résoudre à abandonner 
celte étonnante logique sans contradiction possible qu'il nous montre avec 
éclat dans sa correspondance. 
P. E. 
Paris, 23 octobre. 
Laissez-moi d’abord vous expliquer ma situation. J’ai chanté 
le mal, comme ont fait Misçkiéwickz, Byron, Milton, Southey, A. de 
Musset, Baudelaire, etc. Naturellement, j’ai un peu exagéré le dia 
pason pour faire du nouveau dans le sens de cette littérature sublime 
qui ne chante le désespoir que pour opprimer le lecteur, et lui faire 
désirer le bien comme remède. Ainsi donc, c’est toujours le bien qu’on 
chante en somme, seulement par une méthode plus philosophique et 
moins naïve que l’ancienne école, dont Victor Hugo et quelques 
autres sont les seuls représentants qui soient encore vivants. Vendez, 
je ne vous en empêche pas : que faut-il que je fasse pour cela ? Faites 
vos conditions. Ce que je voudrais, c’est que le service de la critique 
soit fait aux principaux lundistes. Eux seuls jugeront en premier et 
dernier ressort le commencement d’une publication qui ne verra sa
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.