Full text: Nouvelle série No. 5(1er Octobre 1922) (NS 5)

sation à venir de Y attitude de Duchamp, telle qu’elle ne peut man 
quer d’apparaître aux gens simples, avec cet « amour de la nou 
veauté ». Je sais, Duchamp ne fait plus guère que jouer aux échecs et 
ce serait assez pour lui que de s’y montrer un jour inégalable. Il a donc 
pris, dira-t-on, son parti de l’équivoque intellectuelle: si l’on veut il 
consent à passer pour un artiste, voire, en ce sens, pour un homme 
qui a peu produit parce qu’il ne pouvait faire autrement. Ainsi 
lui, qui nous a délivré de cette conception du lyrisme-chantage à 
l’expression toute faite, sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir, 
s’en remettrait pour le plus grand nombre à un symbole. Je me refuse à 
voir là de sa part autre chose qu’un piège. Pour moi, je l’ai dit, ce qui 
fait la force de Marcel Duchamp, ce à quoi il doit d’être sorti vivant 
de plusieurs coupe-gorges, c’est avant tout son dédain de la thèse, qui 
étonnera toujours de moins favorisés. 
En égard à ce qui va suivre, il serait bon, je crois, que nous con 
centrions notre attention sur ce dédain et pour cela il nous suffira 
d’évoquer le tableau de verre auquel Duchamp aura bientôt donné dix 
ans de sa vie, qui n’est pas le chef-d’œuvre inconnu et sur lequel avant 
son achèvement courent déjà les plus belles légendes, ou encore de 
nous remémorer tel ou tel de ces étranges calembours que leur auteur 
signe : Sélavy et Rrose qui appellent un examen spécial : 
« CONSEIL D’HYGIÈNE INTIME : 
IL FAUT METTRE LA MOELLE DE L’ÉPÉE DANS LE 
POIL DE L’AIMÉE. 
Pour Marcel Duchamp la question de l’art et de la vie aussi 
bien que toute autre susceptible de nous diviser à l’heure actuelle ne 
se pose pas. 
André Rreton. 
Pour qu’un homme ne soit plus intéressant il suffit de ne pas le 
regarder. 
Francis Picabia.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.