Full text: Nouvelle série No. 5(1er Octobre 1922) (NS 5)

- 14 — 
VACANCES D’ARTISTES 
Le Figaro, qui poursuit une enquête sous ce titre, publie le 20 août la réponse 
de Francis Picabia : 
« Monsieur, 
Je suis très flatté que vous me compreniez parmi « les artistes les plus en vue 
de ce temps ». Il est vrai qu’ils sont si nombreux ! 
Votre enquête arrive à propos. L’évolution Dada était complètement terminée, 
je puis vous avouer que j’ai quelques regrets d’avoir contribué à créer ce mouv - 
ment. 
Je n'y voyais qu’un moyen de « déblaiement » qui permettrait, par la suite, une 
floraison plus puissante, plus intéressante, plus épurée. 
Mon espoir a été déçu. Non seulement ceux dont nous avions assez sont demeurés, 
mais Dada, par son attitude relâchée, a permis à toute une corporation de jeunes 
impuissants de se produire, en essayant de se faire prendre au sérieux. Je tiens 
pourtant à dire que grâce à Dada j'ai pu connaître les deux seuls hommes vérita 
blement intelligents qui en aient fait partie : André Breton et Louis Aragon. 
Comme moi ils ont le dégoût de ceux que le succès grisa et qui se prennent main 
tenant pour de grands hommes, ou cherchent à tirer parti de ce succès de façon 
mercantile ». 
N’en déplaise à Francis Picabia, je serai le dernier à convenir que Dada ait eu 
pour but de préparer une renaissance quelconque. Je m’inscris même avec violence 
contre tout ce qui tendra à établir cette thèse si rassurante et, par suite, déjà très 
goûtée. Il faut lui rendre cette justice, Dada, si ses forces ne l’eussent trahi, ne 
demandait qu’à détruire de fond en comble. Libre à chacun de faire toutes réserves 
sur les moyens employés, il n’en est pas moins vrai que cette tendance, qui pré 
serve encore aujourd’hui Dada du succès définitif, fut toujours mise en avant. Je 
ne connais pas d’homme plus préoccupé que Picabia de la caractérisation de l’esprit 
qui, pour quelques-uns d’entre nous, s’est fait jour depuis peu en dehors de Dada ; 
je sais aussi, chez lui, à quel admirable sens de la vie ce besoin répond et j’accuse 
tout au plus sa hâte, et je ne m’alarme pas comme certains de mes amis, quand je 
le vois, pour ensevelir plus vite un esprit qui s’est à son propre point de vue décon
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.