Full text: Nouvelle série No. 5(1er Octobre 1922) (NS 5)

— 5 — 
* 
Quand nous fûmes suffisamment délassés, nous descendîmes de 
notre butte et nous joignîmes une voie de chemin de fer qui passait 
non loin de là. Nous la suivîmes quelques minutes jusqu’à un point 
où commençait un viaduc que nous voyons s’allonger sur la plaine, à 
perte de vue. Vers la droite nous en remarquâmes une seconde qui 
décrivait mille courbes, montait et descendait en empruntant par 
endroits un autre viaduc fort élevé et à arches fort espacées qui res 
semblait plutôt à une suite de ponts suspendus aboutés. Sur une cer 
taine longueur, ce viaduc se superposait au premier, surplombant le 
sol de cent à cent cinquante mètres. Ce chemin de fer extrêmement 
accidenté, appelé « Rapide de la Reine », formait un circuit fermé 
d’une longueur approchant un kilomètre ; il avait, m’apprit-on, été 
construit pendant la guerre par l’armée américaine, tant pour le 
transport des troupes que pour l’essai de nouveaux types de locomo 
tives. Un train stationnait non loin de l’endroit où nous nous trou 
vions. Nous résolûmes d’y monter pour faire un tour de circuit. Au 
moment où nous nous disposions à y prendre place, il démarra. Je 
le rejoignis à la course et je m’accrochai à la dernière voiture qui 
était un wagon à impériale découverte. Le train prit de la vitesse. Je 
n’étais guère rassuré car je risquais de tomber à chaque instant. Lors 
que l’on commença à rouler sur le viaduc, je fus pris de vertige. On 
arriva alors à une montée si abrupte que la locomotive n’eut pas la 
force de la gravir et que le train s’immobilisa au beau milieu. Je me 
trouvai suspendu entre terre et ciel, la tête en bas, cramponné des 
jambes et des mains aux saillies du wagon. Ma situation critique se 
prolongeant, je sentais mes forces s’amoindrir peu à peu et j’envisa 
geais avec terreur le moment où elles allaient me trahir tout à fait. 
Les occupants de l’impériale poussaient des cris épouvantables. Un 
des moins robustes lâcha prise et alla s’écraser sur le sol d’une hauteur 
que je n’osai pas évaluer. Je vis qu’on l’emportait sur un brancard. 
Je crois bien que c’était l’élève officier de réserve Lyon, du 104 e régi 
ment d’infanterie. mais je n’en jurerais pas. Cependant, à l’aide de 
cordes et de poulies, disposées là en prévision d’un semblable accident, 
on arriva à remorquer le train qui effectua le reste du trajet sans en 
combre. Avec quel soulagement mis-je le pied sur le sol ! 
J’étais quelque peu brisé et étourdi ; mais je me remis assez vite.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.