Full text: Vingt-cinq-et-un poèmes

petite ville en sibérie 
une lumière bleue qui nous tient ensemble aplatis sur le 
plafond 
c'est comme toujours mon camarade 
comme une étiquette des portes infernales collées sur 
un flacon de méotecine 
c’est la maison calme mon ami tremble 
et pujs la danse lourde courbée offre la vieillesse sautillant 
d’heure en heure sur le cadran 
te collier intact des lampes de locomotives coupées des 
cend quelquefois parmi nous 
et se dégonfle tu nommes cela silence boire toits en fer- 
blanc lueur de boîte de hareng et mon cœur décent 
sur des maisons basses plus basses plus hautes plus 
basses sur lesquelles je veux galoper et frotter la 
main contre la table dure aux miettes àe pain dor 
mir oh oui si l’on pouvait seulement 
le train de nouveau le veau spectacle de la tour du beau 
je reste sur le banc 
qu’importe le veau le beau le journal ce qui va suivre il 
fait froid j’attends parles plus haut 
des cœurs et des yeux roulent dans ma bouche 
en marche 
et de petits enfants dans le sang [est-ce l’ange? je parle 
de celui qui s’approche] 
courons plus vite encore 
toujours partout nous resterons entre des fenêtres noires
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.