Art concret 
nous ne voulons pas copier la nature, nous ne voulons pas reproduire, nous 
voulons produire, nous voulons produire comme une plante qui produit un 
fruit et ne pas reproduire, nous voulons produire directement et non par 
truchement. 
comme il n’y a pas la moindre trace d’abstraction dans cet art nous le 
nommons: art concret. 
les oeuvres de l’art concret ne devraient plus être signées par leurs auteurs, 
ces peintures, ces sculptures, ces objets, devraient rester anonymes dans le 
grand atelier de la nature comme les nuages, les montagnes, les mers, les 
animaux, les hommes, oui! les hommes devraient rentrer dans la nature! les 
artistes devraient travailler en communauté comme les artistes du moyen- 
âge. en 1915 o. van rees, c. van rees, freundlich, s. taeuber et moi-même avons 
fait une tentative de ce genre. 
j’écrivais en 1915: “ces oeuvres sont construites avec des lignes, des surfaces, 
des formes et des couleurs qui cherchent à atteindre par delà l’humain, l’infini 
et l’éternel, elles renient notre égoisme ... les mains de nos frères, au lieu 
de nous servir comme nos propres mains, sont devenues des mains ennemies, 
au lieu de l’anonymat, il y a la célébrité et le chef-d’oeuvre; la sagesse est morte 
. . . reproduire c’est imiter, jouer la comédie, danser sur la corde raide. ...” 
la renaissance a exalté orgueilleusement la raison humaine, les temps nou 
veaux, avec leur science et leur technique, ont fait de l’homme un mégalo 
mane. la confusion atroce de notre époque est la conséquence de cette sur 
estimation de la raison. 
l’évolution de la peinture traditionelle vers l’art concret, à partir de cézanne 
en passant par les cubistes, a maintes fois été expliquée, et ces explications 
historiques ont embrouillé le problème, bruquement, “selon les lois du 
hasard,” vers l’année 1914, l’esprit humain a subi une transformation: un 
problème éthique s’est posé à lui. la plupart de ces oeuvres ne furent exposées 
que vers 1920. ce fut alors une éclosion de toutes les couleurs et de toutes les 
formes du monde, ces peintures, ces sculptures, ces objets, se virent dé 
pouillés de tout élément conventionnel, dans tous les pays surgirent des 
adeptes de cet art nouveau. — l’art concret influença l’architecture, l’ameuble 
ment, le cinéma, la typographie. 
certains “objets surréalistes” sont également des oeuvres concrètes, dé 
pourvus de tout contenu descriptif, ils me semblent très importants dans 
l’évolution de l’art concret, car, par l’allusion, ils savent introduire dans cet 
art l’émotion psychique qui le fait vivre. 
l’art concret veut transformer le monde, il veut rendre l’existence plus
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.