Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

186 
BLAISE CENDRARS 
illuminés par la fluorescence des cuivres volontaires, baignés par le sang 
rouge d’un ciel crépusculaire. Un aigle, inétreignable désir, traversait, 
à grands coups d’ailes, la zone des orages, disparaissait... Et il restait là, 
pantelant, le corps horriblement mutilé, au milieu de la débandade 
lamentable des amen. 
... Encore une fois, de ses bras étendus, il fit le geste évocateur de la 
croix, resta ababouiné, comme tronqué de ses ailes gigantesques, une plaie 
rutilante au centre de son être... immonde soleil... puis, les chœurs irré 
vocablement tus, l’orchestre, de trois accords puissants, ouvrait, à grands 
fracas, les portes extérieures et la foule, morne, s’écoulait. 
Il s’arrêta, fiévreux. C’était ça cet adagio qu’il fallait maintenant, 
mesure par mesure, paraphraser littérairement. Oh ! quel travail et com 
bien de douleurs! Il en eut un frisson. Puis, — puis, — jamais il n’y 
arriverait, sans piano. Car il lui fallait, afin de saisir toutes les anologies 
des sons et suivre la sourde cadence des phrases, battre, nuitamment, des 
accords sur son piano, dans l’ombre! C’est ainsi qu’il avait écrit les 
deux premières parties, et à Paris, en moins de deux mois, il avait dû 
déménager sept fois. 
La matinée était perdue. Selon son habitude, il n’avait pas écrit un mot, 
il n’avait fait que rêvasser devant des pages... Il se leva, mécontent; 
fourra tous ses papiers dans son matelas et sortit. 
Arrivé à la Bibliothèque Impériale, il y entra, machinalement. Il par 
courait, distrait, des catalogues, quand son œil se fixa soudain et il eut 
un petit frisson : « Rémy de Goumont, — Le Latin mystique, — les 
poètes de Vantiphonaire et la symbolique au moyen âge, — Paris, 1892; 
édition des souscripteurs ». Il remplit un bulletin et commanda le livre 
pour le lendemain matin. 
Il sortit. 
La Newsky fourmillait d’une foule bigarrée d’officiers, de Cauca 
siens et de femmes. Par habitude, il tâcha d’apercevoir la flèche d’or 
de l’Amirauté, mais les wagons des tramways bondaient la perspective, 
jadis, si belle. Par des rues détournées, il se dirigea du côté de la Néva.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.