Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

MOGANNI NAMEÏÏ 
189 
en Amérique, — la traversée, — l’océan, — bibliothécaire, — Rosa- 
belle... 
Il alla se coucher, remettant à plus tard la lecture des notes de 
voyage. A peine au lit, il éclata de rire : « Souviens-toi des femmes! 
Ce sont elles qui t’ont tiré de la basse-fosse universitaire. Elles sont 
sans morale, sans principes, sans théories; tout énergie : une force élé 
mentaire de vie et qui se cabre, un magnifique spectacle. 
(( Pourquoi crains-tu le fleuve, l’eau vaillante et son courant impé 
tueux? L’amour est une chute d’eau, une cataracte grandiose, où des 
corps, nus, de femmes, se brisent, incessamment, sur un roc inondé, le 
cœur noir des poètes. 
«Va! et si le fleuve t’ébranle, tu rouleras lourdement et tu feras 
sombrer les barques des sentences. » 
Il éclata de rire. 
(( Poète, menteur, tu n’as pas honte d’aimer, mais tu as peur!... » 
(A suivre) Biaise Cendrars
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.