Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

ERIK SATIE 
203 
Le ridicule les attire. Exemple : — Lavignac, dans 
son livre de La Aîusique et Les Æusiciens (page 556), dit 
que « l'école française peut à juste titre, s’enorgueillir 
« de compter dans ses rangs des maîtres comme : Gastinel, 
« Colomer, Canoby, Mme la Comtesse de Crandval, 
« Falkenberg, Mlle Augusta Holmes, Lepot-Dela- 
« HAYE, de Boisdeffre, William Chaumet, etc.... » (Un 
pari, n’est-ce pas?).... 
11 est évident que ces Maîtres ont fait leurs preuves. 
Le Monde entier les vénère — vénériens, sûrement.... 
Remarquez qu’heureusement, niChabrier,niDebussy, 
ni Dukas ne figurent parmi ces « maîtres dont l’école 
« française peut à juste titre s’enorgueillir. » 
.... Et dire que Lavignac était un fort brave homme!... 
Notez que son livre est très consulté et qu’il donne le 
“ton” dans les milieux pédagogiques... Hein?.. 
Voilà ce que l’on enseigne à nos pauvres petits 
enfants!... 11 est neureux que je n'en aie pas — même pas 
un seul. 
♦ 
* # 
Le XIX* siècle nous a donné trois Seconds Prix de Rome 
saillants : — Camille Saint-Saëns, Paul Dukas et Mau 
rice Ravel. 
L’esprit * ‘ concours de l’Institut ” est visible chez 
Saint-Saëns et Ravel; il est invisible chez Paul Dukas. 
Ce musicien est le seul élève du Conservatoire dont le 
sens créateur n’a pas été faussé par l’origine de son ins 
truction; et l’auteur de La Péri est un des plus estimables 
penseurs qui soient, un admirable technicien. 
Il n'y a rien du “pion” en Paul Dukas.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.