Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

W. MAYR 
215 
sentent de même, « grosso modo » bien entendu, que nous éprouvions 
sous toutes les latitudes et les longitudes de la planète de pareilles 
réactions de plaisir, de douleur, de colère, de joie, de tristesse, voilà 
qui n'est point nouveau. Le cinéma est un nouveau moyen d'expression 
de ce fonds affectif commun dont les arts sont les interprètes. 
Il se peut que la littérature ait trouvé un avantage momentané à 
s'inspirer du cinéma, comme le montrent les notations brèves de poètes 
récents. Mais quand il s'agit de dépasser le monde des sensations et 
des émotions, l’Image ne suffit plus, il faut faire appel au Verbe. 
M. Jules Romains a donné de la souveraineté du Verbe une preuve écla 
tante dans son roman cinématographique la Donogoo Tonka. Usant du 
procédé cinégraphique, il a écrit une série de tableaux frétillants, éga 
lant en intensité visuelle le cinéma. Mais ce que ce dernier n'attein 
dra jamais, c’est l'ironie, l'humour que l'auteur a répandu sur ce film 
littéraire. 
Faut-il conclure? 
Considéré par rapport au livre, l’écran est une régression, puisqu'il 
nous ramène à un procédé de perception qui nous est commun avec les 
animaux et qu'il tend à évoquer les fantômes des objets. Les signes qui 
n’ont plus rien d’idéo-grammatique ont rompu toute relation avec l'en 
veloppe matérielle des choses. 
La littérature et le cinéma sont situés sur des plans différents, 
superposés, mais celui de la littérature est certainement le plus haut 
placé dans l’évolution des êtres. 
Il y a encore de beaux jours pour la littérature, et de beaux soirs 
pour le cinéma, à condition qu’on veuille les laisser évoluer chacun de 
son côté, sans prétendre les marier ou les asservir l’un à l'autre. Que le 
cinéma soit donc une distraction, un beau livre d'images vivantes. Mais 
que ceux qui se sentent tout à fait fatigués ne se donnent pas la peine 
de sonner le glas de la littérature et le ridicule de prétendre qu’elle a 
épuisé toutes ses possibilités. 
W. MAYR
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.