Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

TOJIPl 
5^=— 
aswaaSRS'SsnBS 
LA POÉSIE 219 
WESTWEGO, par Philippe Soupault (Ed. de la librairie Six) 
Philippe Soupault est l’homme de toutes les chansons et surtout 
l'homme des Chansons des buté et des rois : 
Le petit Edouard Maisonnet 
habite dans sa petite maison 
Il pêche les poissonnets 
de son ami le forgeron 
ou bien encore : 
Monsieur Miroir marchand d’habits 
est mort hier soir k Paris 
il fait nuit, il fait noir 
il fait nuit noire k Paris 
Quand il passe dans la rue, un petit sourire s'étend jusqu'aux 
taxis et aux devantures des magasins « on va s'amuser... » se disent- 
ils. C'est qu'il parle de tout avec le sourire et sa poésie est une plai 
santerie comme les châteaux en Espagne. 
Après Aquari im, Rose des Vents, les Champs Magnétiques et cette Invi 
tation au Suicide, dont l'édition originale a été limitée à un seul exem 
plaire, voici Wéstwego où certains critiques ont pu voir l'influence de 
Zones et de la poésie de Cendrars ; mais ces vers : 
Marchons pour être sots 
Courons pour être gais 
rions pouf être forts 
rappellent-ils Apollinaire ou Cendrars ? 
Non, Philippe Soupault grimpe aux arbres pour apercevoir la mer. 
Quand il nage sur l'Océan il se laisse couler pour vérifier l’existence 
des homards. 
S'il fume c'est pour ne pas tourner la tête — S'il tourne la tête 
c’est parce qu'il y a une belette devant lui, mais donnez-lui un appareil 
téléphonique et vous verrez...
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.