Full text: 4(1922), juin-juillet = Nr. 27 (27)

BIBLIOGRAPHIE 
281 
M. R. 
BIBLIOGRAPHIE 
ORPHEE, par Ferna d Divoire (La Renaissance du Livre, Édit.) 
L'ennui de s’étourdir avec des mots — esthétique de désarroi et de fatigue — 
a conduit certains poètes à reprendre contact avec une vérité poétique où le contour 
l'emporte sur l'image, la psychologie sur la sensation. M. Fernand Divoire est de 
ceux-là. Les chants de son Orphée se déroulent avec l'harmonieuse gravité d'un thrêne 
antique. Mais ici aucun archaïsme, aucune surcharge. Simplicité des lignes. Dépouil 
lement de la forme. Plénitude de la pensée. Grâce à la fluidité de l'expression, rien 
ne nous échappe de la belle arabesque que dessine la légende du “ Thrace blond 
Faut-il citer? 
Le \in fermente en toi, farouche, 
Lourd de secrets et de fureurs... 
M. Fernand Divoire ne serait-il pas le prêtre de nouvelles Panathénées? 
IMAGES DANS LE DOS DU COCHER, par Lise Hirtz (les 
feuilles libres, éd.) 
Qu on ne s'y méprenne pas : il y a une secrète affirmation et une manière de 
philosophie dans le séduisant désordre de ces images. Avec l’apparence d’une amu- 
sette, la jonglerie est le plus sévère et le plus précis des jeux. C’est un merveilleux 
tour de force que de le faire paraître facile. 
Impressions de fièvre, de lassitude, optimisme et dégoût, le vrai et le faux, la 
sincérité qui s’amuse, l’ironie qui s’émeut, — dans ce livre impertinemment jeune et 
neuf se heurtent, se mêlent, se dérobent, se retrouvent. La nuit passée, on se rend 
compte que le feu d’artifice était surtout un feu de joie et que les fusées blanches 
ont laissé sur le sol des souvenirs de vrais cristaux.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.