Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

MOGANNI NAMEH 
15 
WÊÊÊKHi 
Ananké, ce cruel maître de la vie, est doux, puisque lui-même vous fonce 
dans un royaume où son empire, brusquement, cesse. Du règne de la dure 
Nécessité Ton sort par la voie des tortures égotistes, au désert de l’Absolu. 
Mais la mort, comment engendre-t-elle, elle-même, la vie? Quelle puis 
sance correspondant à l’ananké de vie régit, là, la naissance, cet éternel 
Retour? Serait-ce l’insouciance, la légèreté, l’ivresse, la fantaisie, l’ins 
piration, l’inconscience: le Ion? — O délices! les poètes jouiraient 
alors, ici-bas et vivants, des ineffables voluptés de la mort! Ils seraient 
les héros de l’au-delà, les divins Adolescents; posséderaient la magie 
infernale de faire accoucher la mort, de vie! — Mais, eux-mêmes, les 
bienheureux déshérités, morts et vivants à la fois, subiraient la double 
emprise d’Ananké et de Ion, le quadruple lot des doubles douleurs 
et des doubles joies: la Liberté!!! Ils seraient ceux de l’interrègne, 
éternellement ballotés d’un rivage funambule à un autre moins précis : 
Rois de Thulé! 
Poètes ! 
Rois de Thulé! 
De la Thulé des brumes, de l’ultime Thulé: 
Walhalla invincible aux portes flamboyantes, 
très largement ouvertes sur la misère des Etres; 
et d’où sortent, triomphales, en cortège d’apparat, 
les vraies Théogonies au sacre du vieux Monde! 
Cité unique ! 
Forge de gloire, 
illuminée d’un musical soleil! 
elles sortent de tes murs, gigantesques et farouches, 
muselées d’horreur et fortes comme les Sibylles! 
Et les Siècles, terrifiés, s’inclinent à leur passage. 
Et les Générations accourent comme des enfants. 
Cité des Forts! 
Cité des Esseulés! Roche de Prométhée!
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.