Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

30 
MARCEL RAVAL 
LIVRE D'ADRESSES. 
Toute la poésie du cœur est là. Alphabet chroma 
tique découpé sur le bord : petites dalles funèbres sur 
quoi la tache d’encre semble un ramier noir. Noms de 
femmes, clairs-obscurs où le prénom seul confisque la 
lumière. Tournons le film aux 26 épisodes : 
Anne : blondeur, parents, Samain, minuit sous le mar 
ronnier... Blanche : mensonges, je t’aime et tu t’es 
échappée !... Claire : la rue Pigalle et ce goût d’é 
ther dans sa bouche... Danièle : le petit cœur du 
taximètre qui bat trop vite et ses baisers qui 
s’éternisent. . . Edwig : rubis, tango, 
Putiphar et les seins que je ramasse. 
F 
Cœurs-volants, cœurs-volants, par quels hasards 
vos ficelles tiennent-elles encore dans mes mains que 
la vie charge et sollicite ? Ces paraboles, ces courbes 
tendres sur mes paumes, — ne sont-ce pas elles qui 
les ont faites ? Je voudrais crier “lâchez tout ” et voir 
mes souvenirs crever dans l’air comme des ballons 
d’enfants ! Bouquets de verts, de bleus, de jaunes, de 
rouges, quel arc-en-ciel sur mon cœur vide!... 
... Cœur d’ardoise sur lequel chaque amour lais 
serait ce goût de craie de la première aventure. Je 
n’aurais plus parmi les voltiges de tant d’images cet 
air de Parsifal devant les Filles-fleurs. Un cœur glabre 
et sans passé, soulagé du lest froid des mensonges, 
anx rêves cicatrisés 
au lieu du coquillage sonore et 
lourd qui vous chuchote sans cesse des noms de filles. 
Tais-toi, bavard oiseau des Iles !
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.