Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

44 
ERIK SATIE 
Dans tout cela, il y a beaucoup de la faute des 
interprètes et .... du public. Et le public étranger, lui 
aussi, est bien coupable. A Bruxelles, j’ai assisté à deux 
concerts où se donnait “ cette sorte de musique ”. J’avoue 
que le succès obtenu par ces deux auditions m’a un peu 
écœuré. 
Pensez donc! rien que de la “musique (?)” des 
“ Six ” C’est à ne pas croire, et c’était très périlleux 
de tenter un tel essai. 
Heureusement qu’au premier concert, je crus bon de 
prendre la parole et de faire une causerie dans laquelle 
/exprimai toute l'admiration que j’ai toujours eue pour 
la Critique, tout le respect que je ressens pour les 
membres de cette institution si utile, si vénérable, si 
grandiose... 
Ce n’était pas trop bête. Hein?.. 
Devant mon exquise politesse, l'assemblée entière 
but mes paroles avec bienveillance; voulut bien écouter 
les œuvres qui lui furent présentées, et les accueillir 
favorablement. 
Ai-je trompé l’honorable société ? abusé de sa 
confiance ? trahi son innocence ?.. 
Qui sait?... 
Aujourd’hui, je regrette ce que j’ai fait. Je ne le 
ferai plus, je le jure. 
Les “Six”, à n’en pas douter, sont dangereux — 
ou le paraissent. Oui. 
Il est honteux qu’ils aient du succès — autant de 
succès. Bien sûr.... .Mais tout n’est peut-être pas perdu. 
Je propose d’agir avec énergie :
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.