Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

46 
JEAN COCTEAU 
DEUX POST-SCRIPTUM 
1 
Je pourrais encore répondre à Æ. Paul Souday que lui non 
pLus ne supporte pas qu’on Le contredise, meme avec courtoisie, et 
que Le charme de notre échange consistait à discuter de dadaïsme 
et de BoiLeau en première page d’une des feuilles Les pLus graves 
du monde. Un peu d’air entre deux coLonnes. 
Æais je mentirais. L’affaire porte pLus Loin. 
La réponse à ma réponse m’accuse d’ètre de L’écoLe du bon 
sens. Je L’avoue. Æ. PauL Souday en reste au barioLage “ mo 
derniste ” et à cette vieiLLe conception du nouveau qui marche sur 
La tète. Or, j’aime Le nouveau qui marche sur ses pieds. Le che 
min seuL importe. 
IL est natureL que, partant de ce maLentendu, Æ. Souday 
prenne po ur des fantaisies pLus ou moins drôLes, du néo-classicisme 
inoffensif, des ouvrages qui ne reLèvent en aucune sorte de L’humour 
ni du désordre, qui évitent La mode, et qui doivent donc dépLaire aux 
uns par Leur audace, aux autres par Leur sobriété. 
L’équilibre est chez moi pire qu’un équilibre. C’est une ques 
tion de vie ou de mort : je marche sur une corde raide. Comme je 
suis sujet au vertige, L’exercice ne Laisse pas d’être quelquefois
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.