Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

48 
JEAN COCTEAU 
Je disais plus haut : Comme je suis sujet au vertige L’exercice ne 
laisse pas d’être périlleux ”. Il fallait écrire: “ ne laisse pas d’être 
atroce *. Le bon-sens n’est pastoujoursde tout repos; Lalssez-mol 
vous répéter une phrase de FrancisPicabla. Je la trouve magn ifique : 
Voyez-vous, me disait-il, vous êtes comme moi de la 
catégorie des officiers de marine qui ne guérissent jamais 
du mal de mer. 
2 
Æa lettre ouverte dans COMŒDIA du 10 janvier 1922 en 
réponse Indirecte à certaine campagne de presse musicale, pouvant 
être mal comprise, j’y joins ce P. S. 
Impossible de nous brouiller Honegger et mol. Les musico 
graphes usent leur encre. Comme moi, Honegger déteste la politique. 
C’est le plus loyal, le plus modeste des hommes. Je L’admire, et II 
m’aime beaucoup. Je suis libre de désapprouver certaines de ses 
formules, Il est libre de ne pas goûter toutes les miennes. Il nous 
reste assez de terrains d’entente, ne seraient-ce que nos mélodies et 
l’Antigone que nous projetons d’écrire. Je lui envole mon amitié 
publiquement, et je le félicite de son attitude vis-à-vis de ceux qui 
se servent de son œuvre contre les nôtres. 
Jean Cocteau.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.